_____________________________________________________________________

L’APPART de DiverZarts

Depuis  2015, DiverZarts propose aux Artistes le concept de Présentation d’Art© en appartement.

_____________________________________________________________________

 

 

Architectures  aux pieds d’hommes  -  Migrations interurbaines

 

 

Le GRAND PARIS, LYON, MARSEILLE, NANTES, BORDEAUX etc …

sont source de mon inspiration.

Les villes se trouvent êtres dans un renouveau de reconstruction, repoussant leurs limites du centre vers leurs faubourgs et au delà de leurs périphéries. Elles créent une migration interurbaine, rendant les populations invisibles où seule l’architecture horizontale et verticale se dessine devant nos yeux.

 

Les centres villes, de nouveau deviennent des musées à ciel ouverts réservés à une tranche de population qui peut financièrement se les acquérir ou dite internationale.

 

Mes architectures sont portées par ces migrants des centres ville vers ces nouveaux espaces urbains, questionnant la mobilité de l’habitat liée aux  facteurs économiques et à la rupture des repères de leur cadre de vie.

 

Dans ce travail graphique, je me réapproprie la ville dans une juxtaposition donnant une image globale de plus en plus concentrée et colorée.

Imaginant de nouvelles formes.

Donnant l’impression de ne pouvoir pénétrer cet ensemble.

 

Seul le regard du spectateur peut trouver à déambuler au travers  de son imagination dans ces ensembles architecturaux.

 

 

 

_____________________________________________________________________

Elle se déploie dans la grande pièce centrale de l'appartement : sur un mur, une pyramide de photographies monte vers le plafond. Sur d'autres, quatre tirages grand format noir et blanc et un autre saturé de rouge. Et puis, il y a un écran d'où, inlassablement, surgissent d'un diaporama en boucle, de multiples figures, des personnages, des situations, des scènes qui tous nous renvoient une image diffractée de ce que nous sommes.

 

Extrait de SISMOGRAPHIE DE NOS CROYANCES de Martine Catois

- TK-21 LaRevue - N° 55

 

l'integrale du Texte sur ce lien

 

DOSSIER-PRESSE-AD-P.LUJAN.pdf
Document Adobe Acrobat 4.8 MB

_____________________________________________________________________

 

Joëlle Bondil est plasticienne, scénographe, enseignante, formatrice ainsi qu’illustratrice, infographiste et/ou rédactrice.

        

Elle intervient ici en tant que plasticienne proposant dessins et projets.

 

“ Le sujet principal et dans une certaine mesure le motif principal :

le corps - tout ou partie - exploré de différentes façons : médiums, formes, espaces, états et échelles. 

 

Témoigner de l’impermanence de la matière et de la condition humaine.

 

Divers médiums parfois mixés afin d’initier un travail sur la matière, le processus de fabrication, le sens, et le mode de représentation : dessin  aquarelle, crochet, broderie, vidéo, photographie, animation. 

Le dessin reste présent d’une manière ou d’une autre.

 

Dans le processus de création passer par différents niveaux et des ramifications, tendre ainsi vers ce qui n’est pas univoque. 

 

Construire autant par les vides que les pleins (et les suspends). 

 

Travailler avec l’absence, ce qui fait défaut ou pourrait faire défaut, manque, a disparu et comment produire du concret avec ce qui n’est pas là, plus là ou s’échappe.

 

Rechercher une sorte d’équilibre sensiblement instable, fait de pauses, de repos, d’écoulements, de raccords de réseaux, de prolongements de transformations comme de mouvements brusques.

 

Ce qui pourrait se figer, s’arrêter est par la même aussi interrogé cela fait partie du processus.  

 

Se poser la question du rapport à instaurer : dialogue, imprégnation, confrontation.

 

Quand il s’agit d’une exposition après production, la considérer comme une nouvelle étape de création. L’œuvre est remise en travail afin de concevoir une installation, un accrochage appropriés voire de nouveaux supports et formes.

 

Des propositions plastiques qui sont pour la plupart en possible évolution/transformation.

 

Et ne pas faire l'économie du chemin, bien au contraire. “ jb

 

_____________________________________________________________________

Stéphane Thévenon, photographe autodidacte. Cofondateur en octobre 2011 du collectif Street-Art Shooteurs, avec lequel il développe sa propre vision du monde urbain, de la culture alternative, en immortalisant des artistes, principalement graffeurs dans leurs terrains de jeux, comme des urbex ou dans la rue. Il capture ces moments éphémères, brut ou pendant leur création .

 

De ces rencontres naissent des collaborations comme celles que vous découvrirez dans l’Appart de DiverZarts.
La particularité de sa technique du « fish eye » permet à la personne qui regarde sa photographie de voir le sujet dans son environnement de façon différente laissant  l’imaginaire opérer.

Les thématiques qu’il nous propose: ‘L’obsession, celle ‘d’Anima dans tous ses états’ et la capture brute du ‘Regard sur l’éphémère’ ;  l’expression urbaine.

 

PHOTOS de l'APPART de DiverZarts - Stéphane Thévenon

_____________________________________________________________________

Le KunstTag du Stube

En 2013, le Stube célèbre les artistes

 

 

50e anniversaire du traité de l'Elysée commémorant l'amitié Franco-allemande.

 

 

le Stube, ambassadeur de la gastronomie allemande à Paris lance Le KunstTag du Stube, présentation régulière de travaux d’artistes en partenariat avec notre association DiverZarts.

 

___________________________________________

Pour cette sixième

'Présentation d'Art'©

dans le cadre du 

KunstTag du Stube,

 

DiverZarts partenaire du Stube

 a présenté les tableaux de

 

Guillaume ORTEGA

un artiste  dont le travail  de collage et peinture revisite notre histoire.

 

Pour cette dernière de l'année, Le temps et l'histoire se sont mêlés dans un décalage décadent intitulé

 

 'de pire Empire'.

Un texte de Catherine Tullat   intitulé  ‘Ironie temporelle’ interprètait le travail de l’artiste.

 

Texte-Catherine-Tullat.pdf
Document Adobe Acrobat 657.0 KB

___________________________________________

 Pour cette cinquième édition

    du  9 septembre au 5 octobre

 

'Contemplation Urbaine'

 

  l'artiste illustrateur

Yan Thomas

présente

ses Gravures et Monotypes

  autour des 

'Jardins Urbains'

 

aux Stube Verdeau, Richelieu

et Goethe Institut

 

Lectures de poèmes en echo aux gravures exposées par

Mario URBANET auteur et poète

                       

___________________________________________

Pour la quatrième édition

du 27 mai au 22 juin

présentation des travaux photographiques

de l'artiste plasticien 

Camille LEBOE

 

 Pour fêter  l'été, le corps est à l'honneur dans une représentation singulière

avec

 

'Essence & abnégation'

 

 

aux Stube Verdeau, Richelieu

et Goethe Institut

 

 

_____________________________________________________________________

Pour la troisieme édition

du 15 avril au 11 mai

présentation des travaux

de l'artiste plasticien 

JEAN MURGUE

 

 Pour fêter  le printemps, il nous propose au travers de dessins, photographies et sculptures

un 

'Eloge de la nature'

 

 

aux Stube Verdeau, Richelieu

et Goethe Institut

_____________________________________________________________________

 

 

Pour la seconde édition

du 04 au 30 mars,

présentation des travaux

de l'artiste plasticienne  Lor-K

 

 Elle y aborde photographiquement

la thématique de l'abandon

en présentant les projets

'objeticide'

et

'Espèce de...'.

 

aux Stube Verdeau, Richelieu et Goethe Institut

 

_____________________________________________________________________

 

  pour fêter le 

 50° anniversaire du traité de l'Elysée

du 22 janvier au 16 février,

aux Stube Verdeau, Richelieu et Goethe Institut


présentation du travail de l'artiste rémois 

Christophe Horlain

avec ses dessins architecturaux

intitulé 'Le Grand Pari'

dans la langue de Goethe  

'Die Grosse Wette'. 

 

 

Rencontre avec l'artiste le vendredi 25 janvier 

lecture du Poème URBAIN

de Catherine Tullat

(auteur scénariste) 

 

_____________________________________________________________________

‘Présentation d’Art’© à MusikàVenir - Pantin

_____________________________________________________________________

 

À l’invitation de MUSIK À VENIR qui a inauguré ses nouveaux locaux au 142Ter avenue Jean Jaurès à Pantin, l’association DiverZarts  a proposé pour cette inauguration officielle prévue le 22 juin 2013 à 11h00, une Présentation d’Art Contemporain réunissant trois artistes de générations différentes : 

Une collaboration associative  

 

DiverZarts 

MUSIKAVENIR

Cie Nawel OULAD

 

avec

le concours de la ville de Pantin

     Lionel Godart  

     peintre abstrait, présente des œuvres issues des séries

     ‘SO’‘Mémoires Blanches’

Christophe Horlain

    plasticien, présente un ensemble de dessins

    architecturaux

    de la  série ‘Le Grand Pari’.

   Sarah Barthelemy-Sibi

     plasticienne, présente une installation papier

     De blancs et de vides’ faisant partie du cycle ‘Jungle’.

Cette proposition s’inscrit dans une volonté de DiverZarts de favoriser le facteur culturel du futur Grand Paris dans une démarche plaçant l’éducation artistique au centre de ses préoccupations.

De ce fait, DiverZarts crée une passerelle artistique entre Paris et sa proche Banlieue.

Lors du vernisssage du 20 juin   DiverZarts à proposé à Nawel OULAD accompagnée de Mélanie BADAL au violoncelle,  de présenter une performance  Dancelle interprétation de l'oeuvre de Sarah Barthelemy-Sibi.

 

Performance lors de l’inauguration avec les jeunes artistes de MUSIK À VENIR : DJ Willy & Abdoullah (slam), Justy & ses élèves (Chant), Youssef & Andy (rap), Chaneel et ses danseuses,  l’équipe de Crescendo (Double-dutch).

DOSSIER PRESSE.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB